Accueil  À propos de nous  Programs  Bénévoles  Rapports  Contactez-nous  Des dons

          Home       About Us      Programs     Volunteers     Reports     Contact Us       


- September 2019

COTE D'IVOIRE:



English translation below

Cliquer pour agrandir les photos


Durant ces trois mois, notre bureau d’Agboville a mené plusieurs activités de formation de visites sur le terrain, pour le renforcement de capacité des bénéficiaires et du personnel pour la bonne conduite des activités de projet.

Nous avons reçu la visite de M. Ishizawa expert Japonais en élevage avicole durant 14 jours à Agboville en Côte d’Ivoire pour apporter un appui technique à notre expert local en élevage, il a visité les différentes fermes avicoles sous la responsabilité de ICA-CI.


Photo de groupe après la formation


Au cours de la visite effectuée dans les fermes avicoles des 11 villages, ou il été question de voir si les superficies des bâtiments sont conforment au nombre de poussins prévus à être engraissé. Les conseils ont aussi porté sur l’application du compost dans les champs de maïs et les autres cultures pour booster la productivité de ces différentes spéculations.

L’expert  mesure la longueur de l’épi du maïs
Champs de maïs
 Mangoustanier


Il a mis à profit ce séjour pour faire une visite dans d’autres fermes d’élevage avicole à Bouaké

Ferme  moderne de 30000 poules pondeuses à Bouaké
Ferme  d’élevage manuel de 7000 poules pondeuses à Bouaké


La formation en marketing de bénéficiaires du projet a essentiellement portée sur les points suivants :

  • permettre aux bénéficiaires:
  • Pouvoir s’approprier le concept du marketing
  • De maitriser les techniques de recherche de clientèle en réseautage
  • De maitriser le calendrier de production et de bonne commercialisation
  • Avoir des connaissances pour une autonomisation dans la création de son network pour une bonne publicité sur ses produits
  • Avoir les sites de publication sur les fixations des produits vivriers en Côte d’Ivoire et de par le monde

Car l’objectif pour ICA- CI et ICA-Japon est qu’à la fin de ce projet toutes les personnes du milieu rural qui ont pu travailler nos organisations ou qui eu l’opportunité de partager une expérience avec nos agents communautaires soient capable de créer son propre réseau de commercialisation pour une autonomie vraie.


Une formation a été donnée aux membres de la coopérative et aux autres bénéficiaires de comprendre le bien fait d’une coopérative pour un groupe de personne et de voir le rôle de chaque acteur dans la Société Coopérative et de mieux s’impliquer dans la vie de la SOCADAT qu’ils ont crée. Elle a aussi été question de la bonne pratique agricole et des effets néfastes de l’utilisation des es différents points suivants ont permis aux bénéficiaires de participer pleinement aux débats sur les deux sujets :

I- Définition de la Société Coopérative et Principes Coopératifs :
La Société Coopérative est un groupement autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs, au moyen d’une entreprise dont la propriété et la gestion sont collectives et où le pouvoir est exercé démocratiquement et selon les principes coopératifs.

II- Le rôle des membres du Conseil d’Administration ou du Conseil de Gestion :
Les membres du Conseil d’Administration ou du Conseil de Gestion doivent :

  • S’informer et se former, aussi informer et former leur membre,
  • Etablir un calendrier des activités annuelles de leur Société Coopérative,
  • Aller vers les micro-finances, les investisseurs du monde agricole pour des financements,
  • Faire bon usage des financements reçus,
  • S’engager dans des actions sociales,
  • Organiser des Assemblées Générales Extraordinaires pour la prise de certaines décisions et surtout des Assemblées Générales Ordinaires en fin d’exercice annuel ou de campagne. A la clôture de chaque exercice, le Comité de gestion ou le Conseil d’Administration selon le cas, établit et arrête les états financiers de synthèse. Les états financiers sont signés par une personne dûment accréditée pour engager la responsabilité de la Société Coopérative et certifiés par un commissaire aux comptes si la Société Coopérative en est dotée.
  • Aider les membres pour la sécurisation foncière (à avoir le Certificat Foncier).

BONNES PRATIQUES AGRICOLES
  • Bonnes pratiques culturales
    C’est l’ensemble des techniques culturales à mettre en application, afin d’obtenir une bonne production agricole.
  • Bonnes pratiques phytosanitaires C’est l’ensemble de règles à respecter pour assurer une efficacité optimale des produits phytosanitaires ou des autres techniques de protection des plantes, tout en réduisant le plus possible les risques liés à leur emploi tant vis-à-vis de l’homme que de son environnement.

  • Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS)
    La GIFS est un ensemble de pratiques de gestions de la fertilité du sol qui impérativement passent par l’utilisation d’engrais, d’intrants organiques et de germoplasme (matériel végétal) amélioré, combinée avec les connaissances sur la façon d’adapter ces pratiques aux conditions locales, pour l’optimisation et l’accroissement du rendement des cultures. En évaluant l’ensemble de ses conséquences sur un milieu donné, il apparaît que la gestion intégrée doit contribuer à économiser le temps, l’espace et les moyens de production et à diminuer les pertes en matière d’énergies et de ressources naturelles.


A- Les trois (03) étapes des bonnes pratiques phytosanitaires

  • Avant l’utilisation des pesticides
  • Identification du problème
  • Quel est le problème ?
  • Sur quelle culture le problème se pose ?

Cette étape est très importante dans la réussite du programme de traitement. En cas de difficulté, consulter les Agents du MINADER, de l’ANADER, du CNRA ou les spécialistes des firmes phytosanitaires.

  • Choix du pesticide
  • ; Le pesticide ne doit pas être choisir au hasard
  • Choisir des produits homologués par le MINADER dont l’efficacité et le spectre sont connus.
  • Le respect de la dose
    - Dose faible = Pas d’efficacité ;
    - Dose forte = Perte de produit, risque pour l’environnement.
  • Le respect de la période, de l’intervalle et du nombre d’applications.

Achat des pesticides
Il faut toujours s’adresser à des distributeurs ou des revendeurs agréés qui ne vendent pas de produits frauduleux ;
Il faut aussi que le pesticide dispose d’une étiquette conforme avec un emballage d’origine non ouvert.
Dans le l’optique de permettre à nos bénéficiaires d’avoir une bonne connaissance ICA-CI et ICA-Japon prévoient de poursuivre les séries de formations dans d’autres domaines dans les mois avenir.




COTE D'IVOIRE:
Click pictures to enlarge



During the last three months, our Agboville office has conducted several training activities, and field visits, as part of capacity building of the beneficiaries and staff and for the good conduct of our activities.

We received a visit from Mr. Ishizawa, a Japanese expert in poultry farming for 14-day in Agboville, Côte d'Ivoire, to provide technical support to our local poultry farming expert. He visited various poultry farms under the responsibility of ICA-CI.


Photo de groupe après la formation


During the visit to the poultry farms of the 11 villages, where it was discussed whether the areas of the buildings are consistent with the number of chicks scheduled to be fattened. The advice also focused on the application of compost in maize fields and other crops to boost the productivity of these different crops.

The expert measures the length of the corn ear
Cornfield
 Cornfield Mangosteen after 3 years


He took advantage of this trip to visit other poultry farms in Bouaké

Modern farm of 30000 laying hens in Bouaké
Manual breeding farm of 7000 laying hens in Bouaké


The marketing training of project beneficiaries focused on the following points:
Allowing beneficiaries to:

  • To be able to appreciate the concept of marketing
  • Master the techniques of finding customers in networking
  • To control the production and marketing calendar
  • Have knowledge for an empowerment in the creation of a network for a the best advertisement of products
  • Have the publication sites specialize in food products in Ivory Coast and around the world

Because the goal for ICA-CI and ICA-Japan is that at the end of this project, all rural people who have been able to work with our organizations or who have had the opportunity to share an experience with our community agents, should able to create their own marketing network for true autonomy.


Training has been given to members of the cooperative and other beneficiaries to understand the good of a cooperative for a group of people and to see the role of each actor in the Cooperative Society and to get better involved in the life of the cooperative and the SOCADAT they created. Good agricultural practice was also discussed and the adverse effects of the use of the following points allowed the beneficiaries to participate fully in the debates on the two topics:

I- Definition of the Cooperative Society and Cooperative Principles:
The Cooperative Society is an autonomous group of persons voluntarily united to meet their common economic, social and cultural aspirations and needs, through an enterprise whose ownership and management are collective and where power is exercised democratically and in accordance with cooperative principles.

The role of the members of the Board of Directors or the Board of Management have to :

  • To inform and train themselves, also to inform and train their members,
  • Establish a schedule of annual activities of their Cooperative Society,
  • Go to micro-finance, investors from the agricultural world for financing,
  • Make good use of the funding received,
  • Engage in social actions,
  • Organize Extraordinary General Meetings to make certain decisions and especially Ordinary General Meetings at the end of the annual or campaign year. At the end of each financial year, the Management Committee or the Board of Directors, as the case may be, draws up and adopts the summary financial statements. The financial statements are signed by a duly accredited person to incur the liability of the Cooperative Society and certified by an auditor if the Cooperative Society is endowed.
  • Help members to secure land (to have the Land Certificate).

GOOD AGRICULTURAL PRACTICES

  • Good cultural practices
  • This is the set of farming techniques to implement, in order to obtain a good agricultural production.

  • Good phytosanitary practices
  • This is the set of rules that must be respected to ensure optimum efficacy of crop protection products or other crop protection techniques, while reducing as much as possible the risks associated with their use both with regard to humans and of his environment.
  • Integrated Management of Soil Fertility (GIFS)

ISFM is a set of soil fertility management practices that require the use of improved fertilizers, organic inputs and germplasm (plant material), combined with knowledge of how to adapt these practices. to local conditions, for optimizing and increasing crop yield. By assessing all its consequences for a given environment, it appears that integrated management must contribute to saving time, space and means of production and reducing losses in terms of energy and natural resources.


The three (03) steps of good phytosanitary practice
  • Before using pesticides
  • Problem identification
  • What's the problem ?

On which culture does the problem arise ?
This step is very important in the success of the treatment program. In case of difficulty, consult the Agents of MINADER, ANADER, CNRA or specialists in phytosanitary firms.

Choice of pesticide

  • The pesticide should not be chosen at random
  • Choose products approved by MINADER whose effectiveness and spectrum are known.
  • Respect of the dose
  • Low dose = No efficacy;
  • High dose = Loss of product, risk for the environment.
  • Respect of the period, the interval and the number of applications.

Purchase of pesticides

Always contact authorized distributors or resellers who do not sell fraudulent products; The pesticide must also have a proper label with an unopened original packaging. In order to allow our beneficiaries to have a good knowledge ICA-CI and ICA-Japan plan to continue the series of training in other areas in the coming months.



Kouame Konan         konaneug@gmail.com